Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il se réveilla en sursaut. Il venait de faire le plus terrible des rêves de sa vie. Un cauchemar aussi long qu’éprouvant. Charlène et lui, c’était fini. Au moment où il s’était réveillé, elle venait de le quitter dans un restaurant du 16ème où ils avaient l’habitude de se retrouver. Tout était de sa faute. Il était arrivé en retard à leur rendez-vous et elle l’avait prévenu que c’était sa dernière chance.

En reprenant ses esprits, il réalisa qu’il ne connaissait pas de Charlène et qu’il était au beau milieu de son salon. Il s’assit sur le rebord du canapé et pensa : « ce n’était pas si terrible, au moins dans ce rêve j’ai rencontré une fille merveilleuse ».

 

Alors qu’il sortait à peine de son état léthargique, son coloc’ et meilleur ami entra dans la pièce.

- Hep, Juju ce serait cool qu’on aille se faire un resto ce soir.

Il crut halluciner et demanda :

- Attends, répète ce que tu viens de dire là !

Bien qu’étonné par la question de Julien, Maxime répéta machinalement :

- Ce serait cool de se faire un resto ce soir !

Julien tremblotant sourit et s’expliqua :

- Mec je crois que j’ai fait un rêve prémonitoire des plus fous. Un rêve qui s’étale sur dix ans de ma vie future et qui commence aujourd’hui.

Maxime éclata de rire :

- T’as trop vu Inception mon gars ! Va te voir dans un miroir, t’es loin d’avoir la tête de DiCaprio. A vrai dire t’as plutôt la tête de DiCarpaccio.

Julien rétorqua vexé :

- Très drôle…. T’as le don pour me casser dans mes trucs. Bref, je suis ok pour le resto.

- Cool, conclu Max, bon faut qu’je file. On se dit dix-neuf heures trente au Chartier ?

- Ok, bon courage et à ce soir.

Julien savait pourtant qu’il n’y serait pas. Il était persuadé que son rêve était prémonitoire et que ce soir il serait dans les bras de Charlène. Tout autour de lui, les détails ne manquaient pas de lui rappeler le songe qu’il venait de quitter. La lumière le jour de leur rencontre était exactement celle qu’il y avait dans l’appartement à cet instant. Il se rappela qu’ensuite, il était sorti de chez lui vers dix heures moins le quart et qu’il avait sorti les poubelles.

Il prit un bon petit-déjeuner puis rassembla les corbeilles. Il les vida dans un grand sac plastique et sortis fièrement. Jamais il n’avait été aussi heureux de sortir les poubelles.

 

La suite ici  --->[]

Tag(s) : #Bouillons de Papiers, #Une vie la nuit

Partager cet article

Repost 0